Avertir le modérateur

23 avril 2008

Young Yakuza : du Vrp au crime organisé

f7da1fa4fae2803b57e4adfa86b3eb52.jpgAllocution hachée, usage optimal du silence dans la conversation, gestuelle torturée, monsieur Ishi semble avoir tout retenu du cinémafia hollywoodien. Jusqu’au polo élasthané qu’il ose, et qui détonne, au milieu de tous ses hommes de main costumés cravatés. A la tête du clan yakuza Kumagai-Gumi, notre boss aime à se présenter en entrepreneur.

Mafieux à temps plein, il lui faut lier ressources humaines et profitabilité. Côté gestion des hommes, Young Yakuza nous en apprend un paquet. Comment les petites graines de criminels apprennent à servir le thé à leur chef, le plus docilement du monde. Comment ils font attention à ne pas se tromper de frigo, parce qu’ « il y a celui du boss, et il y a le nôtre ». Comment ils veillent à leur coupe de cheveux, par souci d’image.

Représenter, c’est d’ailleurs ce que ces yakuzas font de mieux. La caméra de Jean-Pierre Limosin les suit déambuler dans un centre commercial de la banlieue de Tokyo. Rien n’arrive. Pas de règlement de compte dans la rue, à la napolitaine. Pas de pizzo sicilien, la rançon qu’exige Cosa Nostra des commerçants de quartier. Le boss s’alarme juste d’un autocollant, distribué par la police. Il y est inscrit que les organisations criminelles ne sont pas les bienvenues. A bon entendeur.

Avant, il a fallu avaler le discours sauce managériale que le boss nous a servi en entrée. Il n’a accepté le tournage qu’à une seule condition : que rien des activités illégales de son clan ne fuite. Quitte à le faire passer pour un guignol du crime. C’est réussi.

30 mars 2008

Californication : piments rouges réclament justice

ae94380a4a8a41030594d6433c3a8196.jpgLes Red Hot Chili Peppers à l’attaque. Ils ont décidé de poursuivre en justice la chaîne américaine Showtime. La raison du litige ? Le nom de la nouvelle série en vogue outre-atlantique, Californication. Car Californication est aussi le titre de l’album des Red Hots sorti en 1999. Anthony Kiedis, chanteur du groupe dénonce ce plagiat dans le magazine Rolling Stone: "Californication est l'album, mais aussi le single et le clip le plus connu du groupe, et il n'est pas normal qu'une série télé puisse voler notre identité".

Les producteurs de la série n’en sont pas restés là. Ils ont même poussé le vice jusqu’à appeler un personnage de la série Dani California. Or Dani California est aussi le nom d’un autre titre des Red Hots, tiré de l’album de 2006, Stadium Arcadium. Visiblement, le clin d’œil est peu apprécié par le groupe, qui réclame des dommages et intérêts. Ironie de l'histoire, au moment de la sortie de leur single, les Red Hot ont été eux aussi accusés d'avoir plagié une chanson de Tom Petty, Last dance with Mary Jane. A l'époque, Petty n'avait pas entamé de poursuite judiciaire. Mauvais joueurs les Red Hot...qui n'acceptent pas qu'on plagie leur plagiat.
 
La comparaison est à charge pour le groupe californien. A vous de juger :   
 
  
Pour info, le clip de Dani California est de Tony Kaye, le réalisateur d'American History X. 

En attendant, la série Californication remporte un franc succès partout où elle est diffusée. Rapidement, elle met en scène un écrivain en panne d’inspiration à Los Angeles. La diffusion a débuté cet été aux Etats-Unis. En France, la série a débarqué sur M6 le 14 mars dernier. Et s’en tire plutôt bien, avec 20 % des parts de marché.

Voici le trailer de la série :  
 

28 mars 2008

Mumia Abu Jamal clame toujours son innocence

5dad32a6ceea95867f657bbb666c7059.jpgLa cour fédérale d'appel de Philadelphie vient d'annuler la condamnation à mort de Mumia Abu Jamal, accusé du meurtre d'un policier en 1981. La cour n'a toutefois pas reconnu l'innocence d'Abu Jamal : il écope d'une peine de réclusion criminelle à perpétuité. (Source AFP)

Le documentaire du réalisateur gallois Marc Evans In prison for my whole life, sorti l'année dernière, revient sur l'affaire Abu Jamal :

27 mars 2008

Dany Boon plus fort que de Funès

Enorme succès populaire pour Bienvenue chez les chtis. Le film de Dany Boon dépasse la Grande Vadrouille de Gérard Oury. 17 millions d'entrées en France métropolitaine, plus de 800 000 en Belgique, et le phénomène n'est pas près de s'arrêter. Sur la route de la gloire, plus que Titanic -21 millions de spectacteurs- à détrôner.

La sortie américaine de Bienvenue chez les Chtis est prévu pour avril. Le film aura l'honneur de faire l'ouverture du Festival du film français de Los Angeles. Le titre anglais : Welcome to the land of Sh'tis. Un choix un peu polémique. Dans le contexte actuel, espérons que les Américains ne confondent pas Sh'tis et Shites (Les Chiites en anglais)

9b38410dc137efbeb9a0bb0d662fb5e6.jpg

Autre remarque, la question des sous-titres. Comment traduire le chtimi en américain ? Vaste débat...

PS : Pour les fans, voici en exclusivité Cinemoi traduit en Chti.  

26 mars 2008

Lille : le court-métrage à l'honneur

Le Festival du cinéma européen a ouvert ses portes vendredi dernier à Lille. L’occasion de faire le point, à mi-chemin, sur la portée de l’Evénement « court-métrage » de l’année.  

Salle 9 de l’UGC Ciné-Cité, mardi soir. Le Festival du cinéma européen a délaissé Tourcoing et son Fresnoy, et emménage pour quelques jours en plein centre-ville de Lille. Au programme de ce soir, présentation du jury et projection de court-métrage. Claude Pinoteau, le président cru 2008 s’empare du micro, salue l’inititiative et passe le relais à ses collègues du jury, Philippe Nahon, Gérard Lauzier, Serge Avedikian. Tous aussi brefs les uns que les autres. Sophie Duez, plus prolixe, fait le point sur son parcours personnel. "Je ne travaille pas à Paris, mais au Théatre national de Nice. Ce n’est pas parce que je suis en région que je ne fais plus rien. Au contraire." Jean-Francois Derec, en grande forme, remercie le président du Jury pour le traitement de faveur dont il a bénéficié :  carbonade le matin, welsh à midi. Ce soir, il veut faire régime "à la bière". "Et merci pour les filles dans ma chambre d'hôtel" ajoute t-il tout sourire. Rires dans la salle.

Huit court-métrages suivent. Certains témoignent d’une grande créativité (Plus ou moins, Tony Zoreil), d’autres d’une parfaite maîtrise de la mise en scène (Orange Juice, Une leçon particulière). Mention spéciale pour ce dernier, un face-à-face sensuel entre une professeur de littérature et son élève.


Stéphanie, membre de l’association Prix de Court qui organise le Festival attend « encore plus de monde »

Après cinq jours, quel bilan tirer du Festival ?
On a beaucoup plus de monde que l’année dernière. Les projections au Fresnoy de samedi et dimanche ont plutôt bien marché. On attend beaucoup des séances à l’UGC de Lille, même s’il est difficile de faire le bilan comptable maintenant. (Les premières projections ont eu lieu hier). On attend encore plus de monde.

Et les retours du public ?
Très bons. Il y a du monde à nos séances, et les court-métrages sont de qualité. Que demander de plus ? Encore du monde. Le Festival se termine vendredi prochain. Au programme, remise des prix par le président du jury Claude Pinoteau et soirée de clôture. Pour ceux que ça intéresse, c’est à 20 heures à l’UGC.

22 mars 2008

Voir Sicko et mourir

134da12d1d4e40896c467168b35ba380.jpg
Michael Moore sort une fois encore l’artillerie lourde. Dans Sicko, il attaque bille en tête : flinguer le système de santé américain. Comme d’habitude, c’est du Moore. Une mauvaise foi énorme, des parallèles douteux et un humour décapant au service de sa croisade à lui : militer pour une couverture universelle de santé aux Etats-Unis.

Première béquille de Citizen Moore, les exagérations spectaculaires. « Des Américains qui prient tous les jours pour ne pas tomber malade » apprend-on dès l’introduction. L’image est choc : la plaie ouverte, un homme se recoud le genou tranquillement. L’air de dire, « je fais ça tous les jours ».

Autre péché mignon de Super Mike, les témoignages biaisés. Moore aime jouer de la corde populiste. Des victimes "victimisées" par sa caméra, des puissants insensibles à la misère humaine. Le message est efficace, simple à recevoir, mais la ficelle est sans doute moralement questionnable.

Sicko est aussi l’objet de raccourcis douteux. Les prisonniers de Guantanamo sont filmés jouant au football dans leur cages. Le commentaire off nous apprend que l’Etat américain met à leur disposition tout un appareillage sanitaire. Comment...Des prétendus terroristes mieux traités que les héros du 11 septembre.

L’humour de Moore sauve le documentaire. Il en fait un film partisan, et assumé comme tel. Moore ne fait pas de journalisme, il fait du militantisme. Il ne s'efface pas pour laisser parler les autres, il s'impose à l'écran, et ce faisant, il est plus honnête envers son public. Sicko, c'est sa vision. Partagée ou non, elle fait réfléchir. Et c'est déjà pas mal.
 
Michael Moore s'explique dans cette vidéo, en anglais : 


 

Pour les autres, voici la bande-annonce de Sicko en français, sorti le 17 octobre dernier :  

17 mars 2008

Le printemps en avance

Printemps du Cinéma oblige, la séance est à 3,50 euros. 

Profitez-en, vous avez jusqu'à mardi soir... 

En attendant, voici la bande-originale de Be kind Rewind :

 

12 mars 2008

L'anniversaire

Merci à tous, lecteurs, d'être chaque fois plus nombreux sur Cinemoi. Le blog fête son premier mois, et ses 15 000 visites. Le début d'une longue histoire.

Cinemoi cherche à susciter la discussion. Comme tous les débats intéressants, ceux-ci doivent être vifs, opposer des positions tranchées, et ne pas souffrir la demi-mesure du "politiquement correct" bien pensant. Le ton volontairement provoc' , voyez-là comme une incitation à réagir, à commenter. Sachez que toutes les positions sont défendues avec "honnêteté journalistique". J'entends par là une certaine exigence de ne pas "trafiquer" la réalité pour la faire "coller" avec telle ou telle idée préconcue. 

N'hésitez pas, dans vos commentaires, à me donner quelques conseils pour la suite. Que voudriez-vous en plus sur Cinémoi

Et n'oubliez pas, l'actualité cinéma est chargé ce mois-ci. A voir absolument : There will be blood et Soyez sympas, rembobinez.  

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu